Communiquer sur sa campagne

Une campagne de financement participatif est une campagne de communication qui demande de l’implication. C’est un investissement payant et durable si l’on s’y met vraiment. Votre campagne va s’inscrire dans un temps limité, avec un objectif prédéfini. Cela vous permet ainsi qu’à vos investisseurs de se projeter vers une réussite concrète.

1. QUI

A qui vous adressez-vous ? Pensez en termes de“cercles” à solliciter successivement.

1er cercle : le lien fort
Votre entourage, vos proches, votre famille, vos amis, vos collègues… Ils seront déterminants pour mettre les premiers euros, qui sont essentiels, et parce qu’ils sont autant d’ambassadeurs potentiels de votre projet.

2nd cercle : le lien faible
Famille éloignée, amis de vos amis, relations professionnelles, etc. Les deux premiers cercles feront votre réussite. Idéalement, ils seraient en mesure à eux-seuls de vous faire atteindre le seuil minimal de votre collecte, le 3ème cercle n’intervenant qu’à la fin pour donner un coup d’accélérateur.

3ème cercle : le public
Les personnes que vous ne connaissez pas, mais qui partagent des éléments avec votre projet (centres d’intérêt, secteur d’activité, etc.) dans le grand public et parmi les membres inscrits sur WEDOGOOD.co. Bien qu’il soit possible d’atteindre des personnes de ce cercle tôt dans votre campagne par des actions ciblées efficaces, nous vous recommandons de le solliciter quand vous aurez atteint 30% de votre objectif minimal.


Préparation : identifiez votre audience

Préparez une base de tous les contacts et acteurs que vous pourrez solliciter pour investir dans votre projet ou relayer l’information, en les répartissant dans les trois cercles. Faites-en un fichier utilisable : prénom, nom, mail, téléphone, cercle, capacité d’investissement, si et comment ils peuvent apporter une aide concrète sur votre campagne (gestion, création des supports, actions).

Pour le cercle 3, définissez des typologies de personnes qui pourraient être intéressées par votre projet (profil, âge, lieux, fréquentés, etc.). Repérez des entreprises locales ou ayant un lien avec votre secteur d’activité qui pourraient vouloir mobiliser du budget sur votre projet. Repérez les médias et journalistes à même de parler de vous (liés à votre zone géographique ou à votre domaine d’activité).

Parmi les trois cercles, repérez enfin des personnes à même d’investir des sommes relativement important (de l’ordre de plusieurs milliers d’euros) et qui pourraient donner un bon coup de pouce à votre campagne (business angels, chefs d’entreprise, etc.). Utilisez au moins deux dimensions pour vos recherches : géographique et intérêt pour l’activité.

2. QUOI

Racontez votre histoire : les personnes qui vont vous soutenir le feront surtout parce qu’elles croient en votre projet et veulent le voir se réaliser. Il faut donc que vous montriez ce qui vous anime pour les convaincre de participer à votre aventure.

74% des gens qui investissent sur des projets sur Internet sont prêt à en faire la promotion acharnée (AdoctA, 2013).

Expliquez concrètement votre projet, donnez envie de vous suivre, et inspirez confiance. Vous obtiendrez de la confiance en faisant preuve de transparence, en vous exposant en tant que personne, et parce que que vos premiers cercles vous auront suivi.


Préparation : définissez les contenus

Choisissez un fil directeur (thème) pour votre campagne. Il définira le ton à utiliser et les actions à mettre en place.

Dans vos supports, présentez votre projet en suivant deux axes :

  • Les éléments factuels qui inspireront confiance : l’équipe, le projet et son avancement, anecdotes et grandes étapes.
  • La proposition de valeurs aux investisseurs : qu’obtient-on en échange de son investissement ? Cela inclut les parts/actions de votre projet, une contrepartie liée à votre projet (un objet représentatif, une réduction sur un de vos produits, une expérience à vivre avec vous), la possibilité de s’impliquer dans un comité consultatif, et plus immatériel : le sentiment d’avoir contribué à un projet utile et sympathique.

3. COMMENT

Utilisez des supports efficaces et définissez un calendrier.

Présentation sur WEDOGOOD.co
Allez à l’essentiel, en cinq partie : résumé du projet, opportunité de marché, impact sociétal, modèle économique, équipe. Vous aurez ailleurs la possibilité de revenir sur des détails ou des actualités, via des communiqués de presse par exemple.

Communication visuelle
Préparez des schémas, photos et autres éléments graphiques à insérer dans votre présentation et à diffuser tout au long de votre campagne. Prenez des photos de vous, de votre travail, de votre lieu de travail, etc. A partir de vos visuels nous vous fournissons un mini kit de campagne : image de couverture Facebook,  arrière plan et bannière Twitter, fichier pour impression d’affiche ou de flyer.

Vidéo
Personnalisez le projet en montrant le(s) porteur(s),  expliquez en quoi il consiste, et mettez en évidence l’enjeu de vous soutenir (ce que ça apporte à eux, à vous, et à la société).

Présence Internet
Montrer que vous existez, soyez visibles de vos investisseurs sur Internet. A minima, créez :

  • un site (une page de lancement),
  • une page sur Facebook,
  • un compte Twitter.


Préparez votre plan d'actions

Objectifs : amener les gens sur la page de votre campagne et faire parler de vous. Suivant votre fil directeur, imaginez les actions à mener pour mobiliser vos trois cercles successivement. Prévoyez un calendrier de campagne semaine par semaine.

Avant la campagne (4 semaines)

  • Rédactions
  • Tournage et montage de la vidéo (détail des éléments à avoir, trame d’interview, conseils pratiques).
  • Création et compilation des éléments visuels
  • Création des supports Internet (site, comptes sur les réseaux sociaux).
  • Identification des contacts
  • Préparation des actions

Pendant la campagne (1 semaine de vote, jusqu’à deux semaines de latence, 13 semaines de collecte)

  • Animation de votre communauté (community management) : mobilisation des trois cercles, pics de communication autour de temps forts, diffusion d’actualités, animations…

Après la campagne (4 semaines)

  • Remerciements et contreparties.

Pour vous aider, il est possible de réaliser un holdup MakeSense sur votre campagne.

MENER LA CAMPAGNE

Entourez-vous de personnes prêtes à vous aider sur la durée pour mettre en place vos actions et relayer les messages. Si possible, prévoyez à un moment de la campagne une « social war room » : regroupez pendant un court laps de temps des amis dont le but sera de diffuser au maximum la campagne sur tous les réseaux sociaux. Recourrez au mail, aux réseaux sociaux, au téléphone.

Pour que les gens investissent sur votre projet, n’hésitez pas à demander autour de vous, d’autant plus qu’il s’agit d’un investissement. Même si le risque est présent, les gens qui croient en vous pourront remettre un peu de leur épargne dans votre projet.

Préparer un argumentaire pour les investisseurs plus importants :

  • Un projet validé par le public,
  • Une place au comité consultatif,
  • Un placement intéressant, et potentiellement défiscalisé (selon votre projet).

Pendant votre campagne, utilisez votre planning de communication, avec des pics de visibilité autour de temps forts. Réagissez à toute actualité touchant de près ou de loin à votre projet. Diffuser vos actualités avec la fonction prévue sur WEDOGOOD.co, et relayez les sur les réseaux sociaux. Prévenez aussi l’équipe WE DO GOOD qui pourra relayer ces informations par ses propres canaux.

Gardez le moral. Il est normal que certaines personnes de qui vous attendez un soutien ne viennent pas investir sur votre projet. Ne leur en tenez pas rigueur, ces personnes sont peut-être à vos côté différemment (en parlant de vous par exemple) ou à d’autres moments de votre vie. Il est aussi possible que vous receviez des contributions de gens que vous connaissez à peine ou que vous n’appréciez pas. Ces personnes auront été touchées par certains aspects de votre projet que vous avez tout intérêt à comprendre et à mettre en avant pour convaincre plus de gens.

Précautions à prendre

Le démarchage bancaire et financier est interdit à toute personne qui n’y a pas été autorisée.

« Constitue un acte de démarchage toute prise de contact non sollicitée, par quelque moyen que ce soit, avec une personne physique ou morale déterminée, en vue d’obtenir, de sa part, un accord sur la  réalisation, par une personne habilitée à le  faire, d’une opération sur instruments financiers, d’une opération de banque ou d’une opération connexe, d’un service d’investissement ou d’un service connexe ou d’une opération sur biens divers ou sur la fourniture par une personne habilitée d’une prestation de conseil en investissement ou d’un service de paiement. »

A noter :

  • La prise de contact est un contact direct et personnalisé par opposition à la publicité qui s’adresse indistinctement à une cible de population.
  • La notion d’accord est également importante : le démarchage peut être caractérisé dès lors que vous avez l’intention d’obtenir un accord de la personne que vous contactez, même si vous n’obtenez pas d’accord en fin de compte.

Nous vous conseillons donc, dans votre communication et vos prises de contact, de prendre quelques habitudes simples :

  • Gardez toujours un message informatif : il est possible de financer votre projet sur WEDOGOOD.co, et vous cherchez des soutiens (et non êtes-vous d’accord pour venir financer mon projet srur WDG.co) ?

  • Adressez vos messages de manière non personnalisée.

Si vous êtes en financement Good Company, vous pouvez, si vous le souhaitez, et sous certaines conditions, être autorisé à effectuer du démarchage bancaire et financier. En savoir plus sur le site de l’AMF.

Vous êtes cependant libres de contacter sans limitation les personnes suivantes :

  • investisseurs qualifiés (inscrits sur les listes de l’AMF) : détention d’ un portefeuille d’instruments financiers d’une  valeur  supérieure  à  500.000 € (exclut  donc  le patrimoine immobilier); accomplir  des  opérations  sur  des  instruments  financiers  (actions,  warrants,  SICAV,  etc)  d’un  montant supérieur à  600€  par  opération, à la cadence minimale de 10 opérations  par  trimestre en moyenne  sur la dernière année glissante. Occupation pendant au moins un an, dans le  secteur financier,  une position professionnelle exigeant une connaissance de l’investissement en instruments financiers.

  • Personnes morales dépassant l’un des seuils suivants : 5 millions d’euros pour le total du bilan, 5 millions d’euros pour le chiffre d’affaires (ou, à défaut, pour le montant de recettes), 5 millions d’euros pour le montant des actifs gérés, 50 personnes pour les effectifs annuels moyens ;

  • Personnes morales lorsque la démarche a lieu dans les locaux professionnels de cette dernière et à sa demande

*